NL #CARVEDaphne – Mars 2016

En 2016, Franchissons le pas pour l’égalité des sexes !

Comme chaque année depuis 1977, nous avons célébré la Journée Internationale – des Droits – des Femmes le 8 mars dernier. Ce fut l’occasion, comme chaque année, de se souvenir des succès accomplis et de demander l’égalité réelle.

De nombreuses avancées ont été faites au cours des dernières décennies : un nombre plus important de filles ont accès à l’éducation primaire (source 1), la mortalité maternelle a décrue de manière significative (source 2), les femmes occupent de plus en plus de postes de direction, notamment en politique (source 3, source 4), de plus en plus de lois les protègent de la violence de genre… Cependant, les progrès sont plus lents à venir et des reculs sont mêmes observés dans de nombreux endroits : pensez seulement à l’impact disproportionnel des mesures d’austérité sur les droits des femmes et l’égalité de genre dans l’Union Européenne (source 5), aux constantes remises en question de leurs droits reproductifs et sexuels (source 6), et aux formes de violence genrée que subissent les femmes cherchant refuge en Europe (source 7).

En 2016, il est plus que temps que les gouvernements s’engagent franchement pour l’égalité de genre et les droits des femmes, faisant suivre leurs déclarations de mesures concrètes, de lois, de plans d’actions et d’investissements adéquats pour faire de ces droits une réalité pour toutes les femmes et les filles. Répondant à cet appel, de nombreux.ses dirigent.es politiques, organisations régionales, représentant.e.s de la société civile ainsi que du secteur privé ont pris position pour faire avancer l’égalité femmes-hommes (source 8).

Dans sa déclaration pour franchir le pas pour l’égalité de genre, le Secrétaire-Général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland, a souligné le fait que la violence de genre est une directe conséquence de l’inégalité femmes-hommes. Il a également rappelé l’existence de la Convention d’Istanbul (Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à égard des femmes et la violence domestique), qui a ouvert la voie à la création d’un cadre législatif pan-Européen pour protéger les femmes de toutes les formes de violences, et prévenir, poursuivre et éliminer les violences faites aux femmes et la violence domestique » (source 9).

Cette Convention établit des mesures complètes standards pour prévenir et combattre les violences de genre, reconnaissant que c’est « la violence à l’égard des femmes est un des mécanismes sociaux cruciaux par lesquels les femmes sont maintenues dans une position de subordination par rapport aux hommes » (Préambule). C’est un puissant instrument permettant d’aborder la problématique des violences de genre, de prévenir son apparition, de soutenir les victimes et de poursuivre les agresseurs. Elle est entrée en vigueur le 1er août 2014 avec la signature de 39 pays. Seulement 12 pays l’ont ratifiée pour le moment, mais la Commission Européenne a décidé d’accélérer le processus afin d’assurer sa pleine mise en œuvre. Le 4 mars 2016, répondant à la demande de nombreuses ONG dont le Lobby Européen des Femmes, la Commission Européenne a proposé que l’Union Européenne ratifie la Convention !

Les partenaires du projet CARVE soutiennent pleinement l’ambition de la Commission Européenne d’amplifier la mise en oeuvre de la Convention d’Istanbul. Nous croyons également que notre projet est un pas supplémentaire vers l’élimination des violences de genre. Nous sommes convaincus qu’impliquer les entreprises dans cette lutte contribuera à augmenter la prise de conscience sur ce sujet et fournira aux femmes qui sont/ont été dans une situation de violence de genre des solutions pour s’en sortir et du soutien pour se reconstruire. Les huit partenaires de ce projet de deux ans co-financé par la « «DG Justice: Programme Daphne«» de la Commission Européennesont déterminés à fournir aux entreprises des instruments pour aborder la question des violences domestique au travail.

Les séminaires nationaux ont jusqu’à présent été menés en Bulgarie, Espagne, France et Belgique. Le séminaire grec sera organisé en avril (le programme sera publié sur le site web du projet CARVE
Ces événements permettront de présenter les conclusions des rapports nationaux et d’ouvrir un débat public.Les éléments qui ressortiront de ces deux activités permettront enfin de rédiger un Guide Européen de Bonnes Pratiques destinés aux entreprises et aux politiques afin de leur donner une meilleure vision de la situation européenne concernant les violences domestiques ainsi que les meilleurs outils pour assister les victimes. Il sera présenté lors de la conférence Européenne qui aura lieu à Bruxelles le 16 juin 2016.

Photo: https://www.flickr.com/photos/kylaborg/11313144106/