Mythes sur le viol : l’expérience de Dijon

« Elle était habillée comment ? » Combien de fois a-t-on pu entendre cette phrase, lorsqu’une femme a dénoncé une œillade trop insistante, un commentaire ou un geste déplacé, des violences sexuelles ? Comme si ses habits portent une part d’explication, une part de responsabilité. Neuf étudiantes de l’Ecole de Commerce de Dijon on voulu vérifier si cette idées-reçues existait réellement. Vêtues de différentes tenues, elles se sont plantées dans une rue commerçante avec un panneau : « Ma façon de m’habiller mérite-t-elle de me faire agresser ? ». Les passants étaient invités à donner leur opinion. Les réactions majoritaires montrent que pour beaucoup aujourd’hui encore, les habits de la victime atténuent la responsabilité de l’agresseur.

+info: lien externe

Harcelement Rue